Jour 200 – A l’abordage !

Le bus que nous avons réservé vient nous chercher juste en bas de notre auberge : quel luxe dis donc !

Nous quittons les hauteurs de La Paz pour d’autres sommets : le lac le plus haut du monde, le lac Titicaca, perché à plus de 3 800 mètres d’altitude.
Nous avons décidé de séjourner au sud de l’Ile du Soleil (Isla del Sol) qui est du côté bolivien du lac. En effet le lac Titicaca se trouve à cheval entre deux pays : le Pérou et la Bolivie.

Avant d’arriver en vue du lac, le car s’arrête devant un fleuve et le conducteur nous demande de descendre. On nous guide vers une petite embarcation dans lequel les touristes s’entassent. Le bateau démarre pendant que sur la berge, on fait rentrer notre car sur une péniche.Etrange de voir flotter ce bus sur l’eau. A l’arrivée, la barque du bus a un peu pris l’eau mais nos bagages vont bien !

La car nous arrête ensuite à Copacabana. Non pas la plage de Rio ni l’hôtel de OSS 117 mais un petit village touristique qui sert surtout de port pour se rendre sur les îles alentours.
Nous grimpons à bord d’un petit bateau pour nous rendre sur l’île. Nous y sommes enfin : naviguant sur les vagues du lac Titicaca.

La traversée n’est pas rapide.
Au bout d’une heure assis là et après avoir dévoré des yeux les paysages qui nous entourent nous nous mettons tous les quatre à jouer au petit bac : un animal en A, une ville en B, une marque en C, de la nourriture en D… de la nourriture, miam. Décidément, ce jeu donne faim.
Ça tombe bien, nous accostons sur l’île. Nous payons la taxe d’entrée et commençons à grimper sur le haut de la colline. Tout là-haut se trouve notre hôtel. Pas étonnant que ce soit le moins cher… Nous montons avec nos gros sacs-à-dos les escaliers puis la pente, dépassant un après un les hôtels de meilleure qualité. Nous rencontrons dans notre effort un petit garçon français en voyage avec ses parents en Amérique du sud pendant plusieurs mois. Ce petit d’une dizaine d’années n’a pas sa langue dans sa poche et n’a pas froid aux yeux. C’est lui qui alimentera la conversation pendant notre pénible heure de montée.

Arrivés là-haut, nous nous régalons de la vue depuis la terrasse surplombant toute l’île et le lac Titicaca, avec en arrière fond les montagnes enneigées. Nous restons bouche bée pendant un bon moment devant ce spectacle extraordinaire.

Après une pause maté, nous décidons d’aller admirer le soleil se couchant sur le lac depuis le sommet de la colline. Mais avant ça, nous découvrons le système de chasse d’eau de l’auberge qui s’avère être un seau qu’il faut remplir d’eau avant de le jeter dans les toilettes pour dire adieu à nos déchets humains.

Nous marchons jusqu’à l’emplacement idéal sur le bord d’une falaise pour observer le coucher de soleil.
Le vent frappe fort et il fait de plus en plus froid. Mais nous tenons bon, nous réfugiant derrière une croix de paille et chantant à tue-tête : « La tribu de Dana » de Manau.

Les reflets violâtres du coucher se reflètent sur l’eau en contre-bas et les montagnes orangées s’éclairent.
Ce spectacle terminé, le froid devient intenable. Aidés de nos lampes de poches, nous regagnons l’auberge pour jouer au Président (jeu de carte) jusqu’au bout de la nuit.

Le lendemain, nous nous mettons en route pour explorer l’île.
Nous suivons un chemin qui mène jusqu’au Temple du Soleil : vestiges de la culture inca sur l’île. A peine le chemin entamé, nous décidons de prendre un raccourci à travers les terrasses de cultures. Nous rencontrons sur la route, des boliviennes travaillant dans les champs de patates et de coca. En bas de la colline, nous commençons notre visite dans les ruines, en imaginant ce qu’était la vie de ses personnes vivant ici il y a des centaines d’années. Nous nous imaginons faisant face aux attaques des espagnols ou conquérant l’île.

Après ça, nous remontons toute la montagne pour rejoindre un petit village au nord où nous avons entendu dire qu’il y avait des festivités. Nous doublons des mules chargées des récoltes.
Après une demie heure de marche, nous nous trouvons bloqués à un barrage où nous devons payer un droit d’entrer sur le côté nord de l’île.
Il faut dire que depuis notre arrivée en Amérique du Sud, nous sommes surprises par le nombre de parcs naturels et le nombre de droits d’entrées payants à chaque fois que nous voulons nous rendre quelque part.
Nous décidons en voyant le prix de l’entrée nord que nous resterons sur notre côté sud de l’île pour profiter d’une petite baignade dans le lac Titicaca.
Nous ne pouvons pas venir sur ce lac mythique et ne pas piquer une tête !
Nous trouvons un sentier descendant radicalement jusqu’à une petite plage de galets déserte. Le soleil ne va pas tarder à se coucher. Il faut se dépêcher avant de mourir de froid. Ni une, ni deux, nous fonçons à l’eau mais qu’est-ce qu’elle est froide !
C’est fait. A peine mouillés, Robin, Alex et Fanny ressortent se sécher alors que Clémence, en bonne Bretonne, profite d’une bonne baignade lui rappelant l’océan qu’elle a quitté il y a quelques mois déjà.

Nous décidons de dîner au bord du lac car à l’auberge il n’y a pas de cuisine et la nourriture sur l’île est très chère. Ingénieur Robin et Ingénieur Alex inventent alors une façon de faire cuire nos pâtes/thon/ketchup. A l’aide de l’alcool à 96 degrés et d’une boite de thon trouée, nous faisons chauffer l’eau. Mais malheureusement avec le manque d’oxygène à cette altitude, l’eau a du mal à bouillir. A court d’alcool, nous allons chercher le peu de bois sec à notre disposition pour faire un feu. Maintenant c’est un bateau qui vient accoster près de nous. Nous étouffons le feu pour éviter de nous attirer des problèmes. Les pâtes sont à moitiés cuites mais mangeables tandis que le bateau qui accoste s’avère être seulement des locaux travaillant dans le tourisme et rentrant à la maison.

Après ce bon repas et un nouveau coucher de soleil depuis la plage, nous rentrons à l’auberge fatigués par la marche et par tous les merveilleux paysages vus aujourd’hui.

Au matin, il est déjà l’heure de partir.
Nous embarquons dans le premier bateau pour revenir à Copacabana. Nous prenons la journée pour faire le tour de la ville et déguster nos derniers moments en Bolivie : un repas à 1,20 euros et de délicieux jus de fruits.
Le soir, nous prenons un bus : direction le Pérou !

Ciao Bolivia, nos vemos !

Ne perdons pas le nord, mais suivons la flèche !

Join the discussion One Comment

  • Marie-Line dit :

    Merci pour ces belles images … et que de structures touristiques ! J’espère que vous avez au moins vu une barque en Totora !
    Souvenirs mémorables pour ma part d’une procession religieuse avec différentes troupes de danses locales en costume traditionnels… et Danielle, la maman de Bruno, se souvient encore des énormes cloques sur son nez suite à l’excursion à Isla del sol … l’atmosphère filtre peu à ces altitudes et la réverbération du lac ne pardonne pas !
    … vivement les récits péruviens !
    ML & family

Leave a Reply