Jour 184 – Pédaler dans les étoiles

Valeria vient nous récupérer en voiture dans le centre de San Pedro de Atacama.

Valeria c’est la fille des patrons du camping où nous allons travailler. Elle sera étudiante en mode à la rentrée mais pour l’instant elle travaille dans un restaurant pour gagner un peu d’argent. Nous faisons par la même occasion connaissance avec les deux premiers volontaires qui sont déjà au camping : Ashley et Tim, un jeune couple marié d’Australiens qui voyage autour du monde.

Nous quittons donc la petite ville très touristique et poussiéreuse de San Pedro de Atacama pour rejoindre le camping à dix minutes de là. Nous arrivons tard le soir et n’avons pas l’occasion de voir où nous nous trouvons. En revanche, nous avons droit à une énorme tente pour nous deux sous les étoiles et le ciel clair et étoilé du Chili.

Le lendemain matin, nous nous sommes mises au travail directement. Nous sommes au camping pour seulement une semaine : il faut que notre passage ici soit un peu utile. Préparation du petit-déjeuner, on nettoie, lessive, balaie les cabanes et les tentes. On change les matelas de place et faisons tourner les machines à laver. L’ambiance est au rendez-vous : il faut dire que Ashley et Tim sont de sacrés personnages et puis à quatre notre travail avance vite. Après un déjeuner avec tout le staff, nous filons en ville.

Nous voulons rejoindre Uyuni en Bolivie après San Pedro mais apparemment il n’existe que des tours touristiques qui font le trajet, des tours de 3 ou 4 jours qui te font visiter pas mal de points touristiques dans le coin. Sinon il faut prendre 2 jours et s’arrêter dormir dans un village à la frontière (où la nuit coûte plus de 40 euros). Bref, notre choix est fait. Nous réservons un tour pour Uyuni.

Le soir, de retour au camping, c’est nuit de pleine lune. Et apparemment le patron Marco a invité un de ses amis, qui possède un très bon télescope, à faire un barbecue au camping. Nous nous joignons bien vite aux festivités. Nous observons la lune bien ronde et brillante à travers la lentille du télescope. Mais attention : nous ne pouvons pas rester plus de quelques secondes car la lumière est trop forte pour notre oeil. Puis c’est Mars qui se lève. Marco nous raconte alors toutes ces histoires liées à l’astronomie. Ce grand passionné nous conte légendes, et nous décrit les mouvements de ces astres qui bougent sous nos yeux émerveillés.

Le deuxième jour, après le travail, nous proposons à Ashley et Tim de faire un petit tour à la Vallée de la Mort juste à côté du camping. Nous empruntons des vélos et des planches de sandboarding à nos patrons. Accompagnés de Jack, le chien de la famille qui nous suit tout le temps comme une mascotte, nous rejoignons les canyons étroits de la Vallée.

Sur la route, nous découvrons que le camping se trouve au beau milieu de magnifiques monts rocheux très colorés et désertiques. La piste de la Route de la Mort n’est pas évidente à vélo. Il y a tellement de sable que parfois nous avons du mal à garder le contrôle.

A peine 2 kilomètres de vélo et nous voilà au pied des pistes de sandboarding : de gigantesques dunes de sables où quelques touristes dévalent à l’aide de planches la pente qui s’offre à eux.
Ashley et Clémence sont les premières en piste. Avant de profiter de la descente, il faut monter tout là haut avec la planche (qui n’est pas des plus légères). Ashley chausse ses chaussures et commence sa descente avec Jack qui lui court derrière essayant de la rattraper. Puis c’est Clémence qui se lance assise sur une planche de bodyboard. Alors qu’elle dépasse Fanny, venue immortaliser l’instant à mi-dune, Clémence est poursuivie par Jack. Celui-ci tente par tous les moyens de l’arrêter, notamment en lui mordant l’épaule et le short pour la ralentir. Alors que Clémence s’arrête, Jack attaque la planche à pleines dents croyant sans doute que ce pauvre bout de plastique est un outil démoniaque.
A partir de maintenant, il va falloir rester avec Jack : celui-ci est complètement paniqué dès que quelqu’un commence à descendre sur une planche. Alors que Fanny remonte pour faire ses premiers (et spectaculaires il faut le dire) essais, Clémence reste assise sur les rochers en contre-bas avec un Jack qui vient s’excuser de l’avoir mordu avec un câlin.

Après une ou deux tentatives, nous sommes crevées. La montée est un vrai challenge physique et les rafales de sables n’aident vraiment pas. Nous décidons avec Ashley d’aller voir au bout de la Vallée. Nous marchons et grimpons tout en haut d’un plateau qui surplombe la Vallée de la Mort. La vue est époustouflante. Le soleil commence sa descente et laisse ses rayons créer de magnifiques couleurs sur les rochers.

C’est par un soleil couchant que nous enfourchons nos vélos et pédalons à travers le désert pour retourner à la maison.

Les jours s’écoulent tranquillement au camping et nous profitons des environs tout en effectuant notre routine de travail le matin.
Après 4 jours, nous prenons une journée de repos pour aller explorer la Vallée de la Lune. Nous empruntons des vélos et partons à l’aube pour éviter les grosses chaleurs de la journée. A peine parties, nous nous rendons compte que les vélos choisis ne sont pas de première jeunesse. Clémence pédale complètement dans le vide, le système de vitesse étant HS. Pas de risque d’être à bout de souffle mais bon on ne va pas très vite comme ça.

Nous pédalons jusqu’à un énorme canyon puis nous nous arrêtons devant un panneau : « Cavernas ». Nous décidons d’aller voir ça de plus près. Les vélos déposés sur le bord de la route, nous nous engageons entre les rochers, nous marchons à travers le conduit qui nous mène à l’intérieur d’énormes cavités creusées par un ancien cours d’eau. Nous sommes, à certains moments, complètement dans l’obscurité (heureusement, en bonnes techniciennes, nous avons toujours nos lampes frontales sur nous). Il n’est pas toujours des plus évidents de marcher. Il faut se mettre accroupis, marcher en crabe, de côté… Le chemin est assez long mais les roches sont toutes plus magnifiques les unes que les autres. Après 20 minutes d’exploration, le chemin remonte à la surface et nous continuons notre chemin à deux roues.

Le chemin monte et descend à travers la vallée nous amenant d’un point de vue à un autre. Entre une marche sur une crête de roches à plusieurs centaines de mètres du sol, des anciennes mines de sel, et des montagnes aux formes toutes plus originales les unes des autres, nous ne nous ennuyons pas. Le temps passe si vite que cela fait plus de 7 heures que nous pédalons. Il est grand temps de rebrousser chemin. C’est couvertes de coup de soleil et rouge tomate (malgré la crème solaire) que nous revenons à la maison.

Le soir, tout le petit groupe de volontaires décide de monter la colline en face du camping pour aller admirer le coucher de soleil. Au sommet, nous avons droit à une dégustation de chocolats offerts par la patronne. Nous ne tardons pas trop. Dans le désert, les journées sont très chaudes mais les nuits toutes aussi froides.

Pour notre dernière soirée à San Pedro de Atacama. Nous décidons de participer à un tour aux étoiles. Apparemment, le nord du Chili est le meilleure endroit au monde pour observer le ciel. C’est vrai que depuis notre arrivée, nous avons bien profité de la vue à la nuit tombée. Pouvoir observer la Voie Lactée à l’oeil nue est assez difficile en France et en Europe en général.

Nous embarquons dans un minibus rempli de français car notre guide pour la soirée est originaire de notre contrée.
Nous nous éloignons un peu de la ville pour rejoindre une petite bâtisse au milieu de la nuit. La première partie du tour est une observation du ciel à l’oeil nu avec toutes les explications concernant l’histoire passionnante du monde des astres. Notre guide mêle humour, histoire et passion. Son discours nous tient tous en haleine. Après ça, nous avons droit à une séance d’observation à travers une dizaine de télescopes ayant tous des formes et tailles très variés. Galaxies, voie lactée, Mars, Jupiter, Saturne, Nuage de Magellan, signes du zodiaques, Croix du Sud, nébuleuse, système solaire, constellations, Orion, satellite, astres, mythologie. Nous en prenons plein les yeux. C’est tout simplement incroyable et magique. Le temps passe à une vitesse quand on s’amuse.
Trois heures plus tard, nous avons droit à un chocolat chaud en intérieur pour partager nos questionnements avec le guide très à l’écoute. Il nous parle notamment du fameux observatoire ALMA qui se trouve à seulement quelques kilomètres de nous.

Avec des étoiles pleins les yeux nous allons dormir en réalisant que nous observons le ciel depuis l’hémisphère sud et que vous, qui nous lisez, observez chaque soir une autre moitié de ce ciel.

Ne perdons pas le nord, mais suivons la flèche !

Leave a Reply